Préservation

Les rives et la biodiversité

Zones de transition entre les milieux terrestres et aquatiques, les rives des lacs abritent une faune et une flore d’une grande diversité jouant ainsi un rôle essentiel dans l’écologie des lacs et le maintien de la biodiversité.

Soumises tout au long de l’année à des conditions de milieu changeantes en fonction des saisons et des variations du niveau de l’eau, les rives des lacs offrent des lieux de nidification, de nourrissage et de repos à de nombreuses espèces d’oiseaux, de mammifères, d’amphibiens et de libellules.

Dans sa partie aquatique, les herbiers de la zone littorale constituent un milieu propice à la reproduction des poissons, des crustacés, des mollusques ou autres invertébrés.

La végétation riveraine, les roselières lacustres, les cordons boisés, les grèves et autres enrochements constituent des milieux essentiels au maintien de la biodiversité des lacs et de leurs abords.

Le Réseau Ecologique Lémanique (REL)

61 sites ayant un potentiel élevé au niveau de leur qualité biologique constituent aujourd’hui ce que l‘on appelle le « Réseau Ecologique Lémanique (REL) ».

Dans le cadre d’une étude encadrée par la Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Léman (CIPEL), et afin de dresser un diagnostic précis de leur état de santé, les rives du Lac Léman ont été passées au peigne fin en 2005-2006. Cette étude a permis de mettre en évidence 61 sites ayant un potentiel élevé au niveau de leur qualité biologique et qui constituent aujourd’hui ce que l’on appelle le « Réseau Ecologique Lémanique (REL) ». La moitié des sites identifiés se situent sur la rive vaudoise du Léman, la CIPEL recommandant de les préserver intacts ou d’en renforcer l’attractivité par des mesures de renaturation décrites, pour chaque site, dans une fiche technique.

Consultez la carte du Réseau Ecologique Lémanique (REL) : http://www.cipel.org/wp-content/uploads/2015/07/TB-2014_Site_D2.pdf

Pour en savoir plus : « Etude des rives du Léman et de leur potentiel de renaturation » CIPEL 2006 www.cipel.org

La Convention de Ramsar et les Réserves d’Oiseaux d’Eau et de Migrateurs

Les lacs suisses représentent une des principales zones d’hivernage pour de nombreuses espèces d’oiseaux aquatiques migrateurs. Face à ce constat, le Conseil fédéral a signé la Convention de Ramsar en 1974.

Celle-ci a instauré, en fonction de critères précis, un certain nombre de Réserves d’Oiseaux d’Eau et de Migrateurs (OROEM) situées, entre autre, sur les lacs de Neuchâtel et du Léman.

La chasse y est interdite de même que la pratique du «  Kite Surf » ou l’usage de drone. Les chiens doivent également être tenus en laisse.

On estime que plus de 40% des oiseaux hivernant sur nos lacs trouvent refuge dans ces réserves où ils sont à l’abri des dérangements.

Réserves OROEM pour le Lac de Neuchâtel :

  • No. 4 Fanel-Chablais de Cudrefin, Pointe de Marin (BE, FR, VD, NE)
  • No. 5 Chevroux jusqu’à Portalban (FR, VD)
  • No. 6 Yvonand jusqu’à Cheyres (FR, VD)
  • No. 7 Grandson jusqu’à Champ-Pittet (VD)

Réserves OROEM pour le Lac Léman :

  • No. 8 Les Grangettes (ligne de St-Saphorin à St-Gingolph (VD,VS)
  • No. 11 Mies jusqu’à Genève (VD, GE)
  • No. 117 Nyon jusqu’à l’embouchure de la Dullive (VD)

Faune & flore

Interface entre le milieu terrestre et aquatique, les rives et la beine lacustre (zone littorale) sont parmi les biotopes les plus importants pour l’équilibre écologique des lacs. Tout au long de l’année, c’est un véritable cycle de vie qui s’y déroule en fonction du niveau et de la température de l’eau.

Tout au long de l’année, c’est un véritable cycle de vie qui s’y déroule en fonction du niveau et de la température de l’eau. Lieu de ponte pour les poissons (Brochet, Brême, Rotengle), les marais côtiers et les roselières lacustres sont également des lieux de nidification pour de nombreuses espèces d’oiseaux.

Les herbiers de la beine lacustre servent de refuge pour les alevins de Perches et de Gardons, ce qui ne manque pas d’attirer en surface, les jeunes Grèbes huppés ou Harles bièvres fraichement éclos.

Les grèves des rives, les enrochements ou les cordons boisés riverains sont autant de lieux d’escale ou de passage pour les mammifères (Renard, Hermine, Ecureuil) et les reptiles comme le Lézard des murailles ou la Coronelle lisse.

La Grande Cariçaie sur la rive Sud du Lac de Neuchâtel illustre bien l’extraordinaire biodiversité des rivages lacustres : 390 espèces d’oiseaux, 36 espèces de poissons, 48 espèces de mammifères, 16 espèces d’amphibiens (Grenouilles & tritons), 6 espèces de reptiles et plus de 1'000 espèces de plantes.